La Ligne

Ce projet mené en classe de Terminale CGEA a pour thématique la ligne de démarcation qui a séparé la ville d’Orthez pendant le conflit de la seconde guerre mondiale. Il vise à favoriser la citoyenneté active des élèves, en proposant un travail de réflexion sur les événements historiques, européens, nationaux ou locaux en lien avec ce conflit.

Cette action est menée en partenariat avec le centre d’art Image Imatge qui accueille à cette occasion une artiste photographe, Anne Leroy, en résidence. Son travail photographique va se concentrer sur la ligne de démarcation sous la forme d’une enquête photographique qui revisite les paysages et les lieux de passage de la ligne de démarcation de Poitiers à Orthez.

Après une rencontre avec l’artiste, les élèves se sont à leur tour interrogés sur ce moment. Ils ont le temps d’une matinée longé la ligne de démarcation en partant du barrage de Castertabe jusqu’à la stèle de Daniel Argote dans la ville d’Orthez. L’artiste a fait travailler les élèves avec des appareils photos jetables pour prendre le temps de la réflexion et penser la photographie. Ces prises de vues ont été l’occasion de moments de réflexions et d’échanges à la fois sur le domaine artistique de la photographie et

également sur les événements passés. En amont et en parallèle de l’intervention de l’artiste, l’équipe d’image/imatge est intervenue pour présenter la structure et sensibiliser les élèves à l’image contemporaine. Les élèves se sont rendus au centre d’art pour découvrir deux expositions. Enfin, il ont rencontré Jacques Milhoua, qui a écrit Orthez sous l’occupation, pour clarifier certains points et apporter quelques anecdotes sur la ville d’Orthez. Ce travail d’élèves sera valorisé sous la forme d’une exposition photographique avec un vernissage à la mairie d’Orthez le mardi 12 juin à 18h30.

 

Dans les constellations photographiques présentées, les élèves mêlent  et croisent leurs regards pour donner à voir des fragments de leur expérience commune d’arpenteurs de cette ligne.

On s’est faufilés entre un portail et une haie.L’accès était interdit au public. 

C’était au barrage de Castétarbe.

On a marché, et marché encore.

Parfois, on sentait la fraîcheur du gave.                                                           

Au bord de la route, c’étaient les gaz d’échappement des voitures.                                 

Deux fois, nous avons traversé la voie ferrée.                                                                                             

Une maison aux volets rouges qui était un poste de fouille allemand.                                 

Des plots qui supportaient une barrière.                                                           

Un lotissement que l’on traversait en se baissant pour ne pas se faire voir.                       

Une clinique où l’on aidait les juifs à passer la ligne.                                           

Une ancienne ferme où passaient les personnes en route vers la zone libre.          

Un mémorial entouré de fleurs, pour se souvenir.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                       

 

                                                                                                                                                                                                                                Ce projet est soutenu et financé par le Conseil Régional de la Nouvelle Aquitaine, la DRAC, le CRARC et le lycée professionnel agricole d’Orthez                                                                                                                                                                                                                                                   

                                                                                                                                                                                                                                              

 

À lire aussi sur le site du CRARC Aquitaine

Charger d'autres articles
diam nunc efficitur. porta. massa ultricies quis, consequat. tristique Sed mi,