Entrées en matières (et plus car affinités)

Dans le cadre du dispositif national Ecritures de lumière, initié par le Ministère de la Culture et de la Communication et dédié à la valorisation de la création photographique auprès des publics scolaires, l’EPLEFPA des Landes a accueilli en résidence de médiation l’artiste plasticienne Pauline BASTARD.

Un double objectif pour cette résidence                                                                                                                                                         

Il s’agissait en effet de valoriser sur le territoire la création qu’elle avait menée au printemps précédent sur la commune de Saint-Yaguen, « Les états de la matière » et de sensibiliser les élèves et apprentis à son travail par des actions pédagogiques mêlant médiation et workshops.
Intervenant au sein de 4 établissements des 3 sites de Dax, Sabres et Mugron au cours de 6 semaines entre novembre 2013 et février 2014, Pauline BASTARD a ainsi combiné, auprès des 132 jeunes issus de 7 classes (DIMA, seconde professionnelle Travaux Paysagers, seconde et première STAV, terminale Bac Professionnel Forêt, Agroéquipement et Services aux Personnes et Aux Territoires), phases de sensibilisation à son travail et conduite d’ateliers de pratique artistique in situ, tandis que sa démarche et son œuvre étaient présentées officiellement.conf p-bastard

Le travail de Pauline Bastard                                                                                                                                                                           

La jeune -et déjà reconnue-  artiste vit et travaille à Paris. Sa démarche de plasticienne s’appuie sur des installations, qu’elle documente au moyen de vidéos et de clichés photographiques. Son travail est traversé par la question de la réappropriation de lieux, d’objets, d’usages, comme en témoigne sa création landaise : à partir de l’achat d’une vieille ferme,  Sans titre 1lentement et patiemment démolie et dont les matériaux ont été restitués dans le paysage environnant ou réutilisés en création d’objets, l’ensemble du processus étant filmé, les différentes productions donnent lieu à une installation, dans laquelle « la disparition [de la maison] devient omniprésence […] et où le projet est conçu comme une histoire qui veut dépasser la production d’images ou d’objets. »

 

La démarche artistique du projet                                                                                                                                                                    

Comment recréer une matière à partir d’autres, mais aussi comment porter un regard neuf dans un monde saturé d’images, comment inventer de nouveaux récits, comment dépasser l’impossibilité, tel était le défi artistique proposé aux apprenants. A partir de l’œuvre de l’artiste et des attentes des 5 enseignantes d’ESC mobilisées, un programme pédagogique a été élaboré, sous la thématique globale des « Entrées en matières » : il s’agissait pour chaque classe concernée d’explorer le champ des possibles, du bricolage au recyclage, de la déconstruction à la reconstruction, de la confrontation de l’environnement à ses récits.

Les réalisations                                                                                                                                                                                                 

Certaines classes ont ainsi conçu et fabriqué des outils issus de leur imaginaire, d’autres ont modifié les usages d’objets existants, tous ont scénarisé des récits, poétiques ou humoristiques, autour de leur environnement, de la place qu’ils y occupent et de leurs relations aux autres.Toutes les productions ont été mises en scène et filmées. 

13F3b9F0-3B9ACA00-27-Image 119A l’arrivée, une flopée de courts-métrages situationnels, dont le montage en cours de finalisation sera dévoilé en avril 2014, lors du work in progress de cette résidence de médiation, mi-projection cinématographique, mi-exposition plastique, présenté en regard de l’œuvre de Pauline Bastard. Les réalisations seront également présentées au festival des lycéens et apprentis d’Aquitaine, organisé par le Conseil Régional.13F3b9F0-3B9ACA00-13-Image 93

 

 

13F3b9F0-3B9ACA00-31-Image 13213F3b9F0-3B9ACA00-15-Image 95Au bilan, un projet conceptuel dont l’approche ludique a enthousiasmé les jeunes et un partenariat multiple qui a nourri leur créativité. Soutenue par la DRAC Aquitaine qui l’a impulsée et par le CRARC Aquitaine mandaté comme opérateur culturel du projet, la résidence a ainsi bénéficié des outils de sensibilisation proposés par le FRAC Aquitaine, coordinateur du dispositif Ecritures de lumière, en résonance avec le travail de Pauline Bastard : accueil de l’expo itinérante « La vidéo : tout un art!» sur chacun des sites de l’EPL, visite des expositions « Artistes en campagne » au musée de Montfort en Chalosse et « Les dérivés de la photographie » à Image Imatge à Orthez. Autant d’approches sur la création contemporaine qui ont dépassé la simple entrée en matière…

Nathalie Raymond, professeur d’ESC LPA de Mugron

Plus d’infos

Le site de l’artiste 

Les Etats de la matière 

Les réalisations des jeunes en images

« Dans les bois », le film réalisé par Pauline Bastard lors des workshops

À lire aussi sur le site du CRARC Aquitaine

Charger d'autres articles
dolor ultricies justo commodo pulvinar risus. Curabitur dapibus Praesent