Béarnaise de Synthèse

Un projet d’ « art Plastique »

INGREDIENTS

– Récolter du plastique, un peu, beaucoup, passionnément. De quoi réaliser une oeuvre conséquente.. Environ 25 m 2.
A vous les polymères, latex, résines composites, polypropylènes expansé ou non avec de préférence du bisphénol A et des phtalates, miam!
Sous toutes ses formes, mais de récup seulement :
– Des bouteilles (de lait évidemment), bidons de lessive, de shampoing et autres gel-douches, pots de chambre et biberons, bouillottes, égouttoirs, bavoirs, matériel de bureau, lunettes de wc, jouets de bébé… un inventaire à la Prévert.
– De la bâche agricole.
– Du grillage, de la ficelle à clôtures, des ciseaux, du bois, du fer, des perceuses, des visseuses…
– Des idées portées par des élèves curieux d’une telle aventure,  pourquoi pas des seconde EATDD (Ecologie, Agronomie, Territoire & Développement Durable) qui explorent l’univers fascinant de la surconsommation et du cycle (long, très long) de nos merveilleux déchets et du fabuleux impact de ces molécules dans les organismes vivants, molécules qui font un travail captivant et évolutif dans toute la chaîne alimentaire.
– Choisir un artiste singulier, motivé, impliqué et .. patient, par exemple Monsieur Térez, toujours très occupé entre ses oeuvres en cours à la MJC Berlioz, ou aux Emmaüs (« chemins de l’Utopie ») mais qui a le don d’ubiquité et de trouver toujours des solutions.
– Pour terminer trouver un récipient adapté à recevoir l’oeuvre : une fosse à lisier à rhabiller est évidemment parfaite.
Indispensable : une muse bovine de préférence en voie de disparition, prenez une Béarnaise si elle se laisse faire.

RECETTE

1/ Mettre en commun les idées, les contraintes, les caprices, les élans, les peurs. Secouez bien.
2/ Laisser reposer quelques temps (quand la météo est rude : restez au chaud)
3/ Faites un partenariat avec les Emmaüs : c’est donnant/donnant, vous les débarrassez de cubages importants de plastique dont plus personne ne veut. Et vous vous amusez bien en nageant dans ces piscines de déchets.
4/ Dessinez votre muse avec passion. Elle est naturelle, elle est belle. Attention, elle bouge, soyez prudents, ses cornes en forme de lyre sont magiques.
5/ Reproduisez votre schéma en l’agrandissant sur un canevas de 8m/5m sous un hangar par exemple.
6/ Assemblez vos joujoux plastifiés et colorés en les liant solidement à votre trame métallique. Mettez-y toute l’inspiration nécessaire, c’est une phase importante pour l’équilibre « plastique » de l’ensemble.
7/ Admirez l’oeuvre et fignolez les détails, elle doit être lisible de loin, prenez du recul.
8/ Hissez la bête. Comme au temps des pyramides, c’est une tâche collective et spirituelle. Elevez-là au nom de la spiritualité qui opère face à notre Dieu Polypropylène.
9/ Vous n’avez plus qu’à l’admirer, vous et tous les bovins curieux et esthètes autour de vous.
L’oeuvre sera visible sur l’exploitation du LEGTA de Pau-Montardon à partir du 28 mai.
Vernissage le 11 juin à 17h 30 en présence de l’artiste.

À lire aussi sur le site du CRARC Aquitaine

Charger d'autres articles
efficitur. fringilla venenatis Nullam massa Curabitur felis elit. mi, Phasellus consectetur et,