HAPPYLAB

UNE DIGRESSION ARTISTIQUE TRICOTÉE PAR L’ENSEMBLE DES CLASSES DU LEGTA DE MONTARDON EN VUE D’UN MINI-FESTIVAL EXPÉRIMENTAL DE FIN D’ANNÉE : LE HAPPYLAB, clin d’oeil au thème national des BTSA, le bonheur.

 

 »Les p’tits bonheurs » est un projet mené en classe de Terminale Bac Techno STAV dans le cadre du module M1  » Construire et partager une culture artistique » d’octobre 2016 à mai 2017 en partenariat avec l’association Accès(s) de Billère. Un projet conduit par Armelle Rosmann

Cette action s’inscrit dans une démarche de découverte des arts visuels et de création.

Partant de l’idée du bonheur, et plus précisément de ce que représentent pour eux les bonheurs simples et quotidiens, les élèves ont développé en petits groupes un projet plastique ou audiovisuel.

Dans la forme, les productions ont couvert un champ vaste ; 5 projets ont ainsi vu le jour :

  •  »la maison ronde » : une représentation du bonheur tout en rondeur et en douceur faisant appel à nos sens, chaque sensation étant associée à un lieu ou une pièce,
  •  »pour vivre heureux, vivons cachés » : une maquette de maison habitée de petits personnages qu’il était possible d’observer dans des scènes intimes par de  »petits trous » tel un voyeur,
  •  » Keep calm et play games  » : des scènes tournées en stop-motion dont les personnages principaux sont des jeux, jouets et friandises… bonheur de l’enfance,
  •  » Des p’tits bonheurs, infiniment grands » : un ensemble de capsules vidéo jouant sur le décalage,
  •  »Tito déco : comment concevoir une habitation harmonieuse  » :, une courte fiction parodiant les émissions de bien-être et de décoration.

La diversité des formes fait écho à la variété de tons.

Les productions ont été regroupées et présentées en un seul lieu,  »la salle des p’tits bonheurs » aménagé afin de créer un cadre convivial et décalé.

A travers le projet  »Les p’tits bonheurs », les élèves ont ainsi pu s’approprier différentes approches ( sociologiques, culturelles, philosophiques) du bonheur et les réinterpréter sous une forme autre que littéraire. Ce projet leur a permis aussi, en fonction, de leur sensibilité de se tourner vers des modes d’expression plastiques et visuels souvent nouveaux pour eux.

 »Les p’tits bonheurs » a permis d’initier un partenariat avec l’association Accès(s) qui devrait se poursuivre l’an prochain.